Projet

Nutrition Santé Bangui s’est toujours efforcée de mettre en place des actions entrant dans le cadre de son objet social en favorisant les démarches locales les moins onéreuses et susceptibles d’être pérennisées.

L’expérience récente a montré qu’une petite association reste vulnérable, soit par manque de financement, soit par l’effet de décisions sur lesquelles elle ne peut avoir aucun poids. Il est alors très dommageable que toutes les actions entreprises s’interrompent.

Sur ce plan et dans le cadre des réflexions menées pour la réouverture du centre nutritionnel en 2013, Nutrition Santé Bangui est arrivée à l’idée que la production de spiruline, si elle était développée à un niveau suffisant, pouvait devenir un moyen de financement récurrent pour le centre nutritionnel.

Le budget de fonctionnement du centre est de l’ordre de 40 K€ par an dans sa configuration actuelle, sans qu’aucune participation autre que symbolique ne puisse être demandée aux familles des enfants.

Le projet de Nutrition Santé Bangui est donc d'aider la COOPAАQ à développer sa production de spiruline.

Les bassins de spiruline
Les bassins de spiruline

Les quantités de spiruline excédentaires par rapport aux besoins du centre, qui restent une priorité, pourraient faire l'objet d'une commercialisation dans le cadre d'accords "équitables" et ainsi dégager l'essentiel des moyens de financement du centre nutritionnel.

Les investigations réalisées en novembre 2012 ont montré la faisabilité technique de ce projet à terme.

L’expérience mérite d’être tentée pour arriver dans un délai de 3 ans environ à ce résultat, même s’il est ambitieux. L’équipe de la COOPAAQ est prête à relever le défi.

Au-delà de l’amélioration progressive de l’activité du centre de Gbangouma, avec la rigueur qui s’impose pour une prestation de qualité, le projet spiruline constitue l’une des grandes actions à mener rapidement par Nutrition Santé Bangui.

Par ailleurs et évidemment, le projet avorté de construction de la Maison de la Nutrition reste un des objectifs à poursuivre tant les besoins n’ont cessé de croître ces dernières années et à défaut d’actions significatives dans ce domaine. Bien sûr, la réalisation d’un tel projet ne peut être que l’une des actions à entreprendre, essentiellement dans le domaine de la formation du personnel médical.